Historique des évènements 2018


Projections/débats au Festival du Film Vert

 

Festival du Film Vert en Romandie : "Thank You For Calling", le film à voir pour comprendre la situation !

 

Dans le cadre du Festival du Film Vert en Suisse romande, projection du film "Thank You For Calling" (durée 1h30), du réalisateur allemand Klaus Scheidsteger : "Quels risques l’usage des téléphones portables fait-il courir à la santé ? Avons-nous les justes réponses à toutes nos interrogations ?" Tel est l’objet de ce film documentaire qui nous a fait découvrir le combat d’un scientifique américain contre l’industrie de la téléphonie.

 

J'ai eu le plaisir d'animer le débat à la suite du film, lors des projections suivantes :

  • Jeudi 22 mars à 20h - Châtel-Saint-Denis - Cinéma Sirius
  • Vendredi 23 mars - Mednat Lausanne - 11h30 (salle BioVaud) et 16h (salle Hippocrate)
  • Dimanche 25 mars 13h30 - Meyrin - Aula des Boudines (école des Boudines)

Thème des débats : " Peut-on se protéger des ondes aujourd'hui ? ", dans une démarche lucide et constructive, individuelle et collective. 

Ces débats ont permis une prise de conscience du bain d'ondes dans lequel nous vivons en permanence, surtout en ville. Mais aussi que nous pouvons "faire le ménage" à la maison en supprimant ou minimisant les sources de nuisance. Chez soi, le téléphone sans-fil DECT ou le Wi-Fi sont souvent plus nuisibles qu'une antenne-relais en termes de niveau de champ électromagnétique....

 

Mais, ce n'est pas simple, et ne doit pas justifier l'augmentation du niveau général dans l'espace public.

 

Premièrement, chacun peut stopper son Wi-Fi à domicile quand il le souhaite, la nuit en particulier, car c'est là que le corps se ressource. Même chose avec le téléphone sans-fil domestique qu'on peut aisément remplacer par un modèle filaire, ou éventuellement par un modèle sans-fil de type "éco", dont la base n'émet pas hors appel. Ce n'est pas le cas avec une antenne-relais qui va émettre en permanence et dont nous n'avons pas le contrôle. La question de la liberté se pose alors : "Ai-je le choix de ne pas être exposé aux ondes aujourd'hui ?" Chacun pourra répondre à cette question grâce à un simple questionnement.

 

Deuxièmement, on ne peut réduire l'exposition aux ondes aux seuls niveaux de champ électromagnétique, exprimés en volt/mètre (V/m) ou en microwatt/mètre carré (microW/m2), selon le choix de l'unité. En effet, les chercheurs russes travaillent depuis environ 50 ans sur la théorie des "champs de torsion" émise par le mathématicien Elie Cartan en 1922. Dans  la théorie classique, une onde électromagnétique  transporte un champ électrique couplé à un champ magnétique, les deux se propageant à la vitesse de la lumière. La théorie des champs de torsion ajoute à ce champ électro-magnétique un champ de torsion longitudinal lévogyre (qui tourne à gauche, jugé néfaste au vivant). Or, selon ces mêmes chercheurs russes, le corps est surtout sensible au champ de torsion (à 90%) et peu sensible aux champs électriques et magnétiques (10% d'influence). Selon cette approche, il faut surtout modifier la composante torsionnelle par un ou des dispositifs capables de transformer le champ de torsion  néfaste en le rendant dextrogyre (qui tourne à droite, favorable à la vie).

 

Mon expérience confirme la grande sensibilité du corps aux champs de torsion : par exemple, lors d'un diagnostic chez un client venant d'emménager dans un appartement sous lequel il y avait une antenne-relais, j'ai mesuré des niveaux d'ondes avoisinant 250 microwatt/mètre carré (équivalent à 0,3 V/m environ de champ électrique). Ce sont des niveaux couramment atteints en ville (on oscille entre 0,1 et 0,3 V/m comme niveau de base minimum à Genève). Mais là, quand j'ai commencé à gravir les escaliers, j'ai senti d'étage en étage une pression croissante dans ma tête. Arrivé au dernier étage, il ne m'était pas nécessaire de réaliser des mesures pour évaluer la nuisance ! Mon corps m'informait ! Or, des mesures purement physiques auraient conclu à une nocivité forte mais pas extrême. Or, là, l'ambiance énergétique était difficile à supporter. Preuve qu'il y avait autre chose : ce qu'on nommer "champ de torsion lévogyre", ou champ de torsion néfaste à la vie.

 

J'ai utilisé différentes solutions à ma disposition pour transformer ces champs de torsion : chaque solution étant réputée transformer les champs lévogyres en champs dextrogyres. J'ai posé un filtre sur le réseau 230V/50Hz pour le transformer en émetteur de champ électrique non perturbant, j'ai travaillé à réduire l'électricité sale avec quelques filtres capacitifs, j'ai posé un dispositif dans la pièce la plus proche de l'antenne-relais pour neutraliser l'émission négative de l'antenne. Le client, à chaque étape, a pu valider par le ressenti l'amélioration de l'ambiance. Nous étions deux à percevoir cette amélioration par paliers : on enlève une nuisance, une seconde nuisance, une troisième nuisance, etc. : à chaque fois, le progrès se fait sentir.

En deux heures, ce lieu de vie a été transformé, et donnera à mon client, je pense, le temps de trouver sereinement un autre logement, sans craindre pour sa santé et la clarté de sa pensée. En effet, une ambiance très perturbée sur le pan énergétique a un fort impact sur le physique, mais aussi sur les émotions et le psychisme : l'être humain est global, si son corps souffre, son psychisme aussi !